Michel Desvigne est un architecte paysagiste internationalement renommé pour son travail rigoureux et contemporain, ainsi que pour la pertinence de son travail de recherche. Il développe ses projets dans plus de 25 pays, où il aide à voir les paysages, à comprendre les mécanismes qui leur donnent forme, à agir sur ces mécanismes pour les transformer et leur donner du sens. Il obtient en 2011 le Grand Prix de l’Urbanisme pour sa constante contribution à la réflexion sur la ville et le territoire. En 2014, il est récompensé du Prix Européen de l’Aménagement de l’Espace Public Urbain pour le projet de requalification du Vieux-Port de Marseille.

© Vincent Mercier

école française du paysage

Par sa capacité à décrypter les structures des territoires, à s’y inscrire et à les transformer, Michel Desvigne perpétue un savoir-faire caractéristique de la profession de paysagiste en France. Cette tradition est notamment portée par l’ENSP, école de paysage située à Versailles, au cœur de l’invention de la ville classique par André Le Nôtre. Elle repose aussi sur des personnes, comme Michel Corajoud dont Michel Desvigne a suivi l’enseignement. Sa méthode -transposer à partir de ce que l’on observe et concevoir ainsi la matrice du projet, a doté les paysagistes français d’une intelligence du territoire précieuse.

Villa Medicis, et débuts professionnels

Michel Desvigne et Christine Dalnoky ont été les premiers paysagistes pensionnaires de la Villa Médicis (1986-88). À leur retour en 1988, ils travaillent ensemble jusqu’en 1996. En 1989, Renzo Piano leur confie le jardin de son opération de la rue de Meaux à Paris. Remarqué, ce « square des Bouleaux » (1990) les lance.

Explorateur plutôt qu'exportateur

La pratique internationale débute dès les premiers projets. Elle est dominante, structurelle et nécessaire. Voyager en permanence aide à voir. La multitude des situations, les différences successives, et l’urgence que crée le temps court du voyage, donnent une certaine acuité. Explorateur plutôt qu’exportateur, Michel Desvigne aide à voir les paysages, à comprendre les mécanismes qui leur donnent forme, à agir sur ces mécanismes pour transformer et donner du sens.

Passeur entre Etats-Unis et Europe

Enseignant à Harvard, réalisant de nombreux projets aux Etats-Unis, Michel Desvigne joue un rôle original de « passeur » entre les cultures urbaines européennes et nord-américaines. Il a notamment su actualiser la démarche du paysagiste américain Frederick Law Olmsted, créateur, entre autres, du « système de parcs » de Boston, fondé sur une série de dispositifs hydrauliques et végétaux. Il en propose une lecture nouvelle en réponse aux enjeux urbains contemporains.

Réinterprétation des systèmes de parcs

Les systèmes de parcs américains du xixe siècle sont opérants pour structurer les périphéries européennes actuelles. S’ils ont parfois servi de structure à la croissance des villes, leur typologie est transposable, à rebours, pour constituer une structure aux étalements urbains contemporains. Les vestiges de la géographie, les faisceaux d’infrastructures et les sites industriels sont les lieux possibles de cette reconquête.

Enseignement

Depuis 1998, Michel Desvigne enseigne régulièrement à la Harvard Graduate School of Design (Boston, MA, US), ainsi que dans plusieurs universités d’architecture à travers le monde : ENSP (Versailles, France), EPFL (Lausanne, Suisse), UCL (Louvain, Belgique), AA School of Architecture (Londres, UK), Accademia di architettura (Mendrisio, Suisse).
En lien avec la recherche, l’enseignement, Michel Desvigne préside depuis 2008 (?) le conseil d’administration de l’Ecole Nationale Supérieure de Paysage (ENSP, Versailles, France).
Il est membre de la commission nationale française pour l’UNESCO depuis 2013.

Façonner les territoires

Dans les projets de grands territoires, le paysagiste est sans doute le mieux préparé pour agir dans la longue durée. Sa connaissance des rythmes naturels aide à comprendre comment la ville et le territoire se transforment en permanence, à la manière d’un organisme vivant. Encadrer, orienter sa transformation exclut de la concevoir comme un objet fini. Sa compétence, efficace car concrète, s’attache à une maitrise physique des nombreux mécanismes en jeu. Elle repose surtout sur une expérience des grandes échelles spatiales et temporelles.

Paysagiste mandataire

Simultanément à de nombreuses collaborations avec des architectes et urbanistes, mondialement connus ou débutants, Michel Desvigne est aussi parfois leur mandataire pour des projets d’envergure tels que le cluster Paris-Saclay (7700 ha, 2010-2021), Euralens et la chaine de parcs du bassin minier, ou le Vieux-Port de Marseille.

Contribution à la ville

Michel Desvigne obtient en 2011 le Grand Prix de l’Urbanisme pour sa constante contribution à la réflexion sur la ville et le territoire. En 2014, il est récompensé du PrixEuropéen de l’Aménagement de l’Espace Public Urbain, pour la requalification du Vieux-Port de Marseille.
Son apport conceptuel s’inscrit dans la pensée paysagère au service de la fabrication des grands territoires et de l’espace public. Parmi les fondements les plus importants de son approche, on citera les notions de « Paysage en préalable », de « Natures intermédiaires », de « Transformation et formes du temps », et surtout de « Lisières ».

Le paysage en préalable

Michel Desvigne Paysagiste se distingue par une attitude loin des modes et du décor, pour que le paysage joue son rôle à la fois archaïque et historique : celui de préparer les territoires à leurs vocations futures. Pour cela, il emprunte une forme de rusticité allant à l’essentiel pour structurer l’avenir durablement.

Natures intermédiaires

Dès ses premières recherches Michel Desvigne propose la mise en place de structures paysagères, milieux vivant à l’échelle territoriale. Ces « natures intermédiaires » sont des architectures, sommaires, provisoires, en gestation. Elles qualifient un territoire avec lequel il faudra composer plus tard, pour construire un quartier dont la préfiguration apparaît prématurée.

Transformation et formes du temps

Privilégiant le processus plutôt que le dessin figé, Michel Desvigne prépare le temps long et incertain inhérent à la fois au paysage et à l’urbanisme. Ses paysages font exister le site d’emblée et l’apprivoisent pour les usagers et les investisseurs. Leur capacité à évoluer établit une qualité et un intérêt à tout moment du processus de transformation.

Les "lisières", enjeu contemporain

En Europe, les espaces publics n’ont pas été développés à l’échelle des villes, qui ont pourtant connu une forte expansion au XXème siècle. La ville contemporaine est diffuse. Elle s’étale avec ses lotissements et ses périphéries où l’urbain comme l’agricole perdent en lisibilité.
Dans une période de recomposition de nos villes et de nos territoires, les réflexions de Michel Desvigne s’inscrivent au-delà des quartiers ou des ilots. Il propose de retrouver l’échelle de la géographie, pour agir sur la qualité de vie dans les métropoles, sur les enjeux écologiques, et redonner une cohérence à des territoires devenus indéchiffrables.
Il conçoit une forme renouvelée du rapport entre urbain et nature, où l’agriculture doit jouer un rôle central, tant du point de vue esthétique, structurel que fonctionnel.
Par son concept de lisières épaisses, il établit non pas une coupure verte mais un paysage intermédiaire, lieu d’échanges féconds entre monde agricole et péri-urbain, soucieux de la cohérence des deux parties.
Cet apport à la requalification du péri-urbain relève bien de l’échelle paysagère. S’il est partiel et complémentaire du travail des architectes et urbanistes, il concerne un très vaste territoire. Il ne s’agit pas tant d’imaginer un nouveau modèle pour l’avenir, que de dresser l’inventaire de l’existant pour en concevoir la transformation concrète et immédiate.
L’objectif de ces mécanismes est en effet l’action sur la réalité physique, sur les villes et les territoires.  

Prix

2017
Prix City&Brand Landscape, catégorie : paysage iconique. Triennale de Milan, Italie.

2016
Prix "Les Défis Urbains", pour le projet des Marches de St Pierre, Toulouse, France.

2014
Prix Européen de l’Aménagement de l’Espace Public Urbain, pour la requalification du Vieux-Port de Marseille (MDP mandataire).

2014
Mention spéciale du jury politique urbaine et architecturale », Ville de Versailles, Maitrise d’ouvrage publique.

2013
Prix de l’aménagement urbain, Groupe Moniteur 2013, Catégorie Territoires métropolitains pour l’aménagement du Vieux-Port de Marseille, France.

2011
Grand Prix de l'Urbanisme (Paris, France).

2011
Prix Luxembourgeois d’Architecture, domaine Paysagisme.(Parc Draï Eechelen).

2003
Chevalier des Arts et des Lettres (Paris, France).

2002
Civic Trust Award, pour la réalisation du projet de Greenwich Millenium (Londres).

2002
Prix européen du paysage Rosa Barba, pour la réalisation de Greenwich Peninsula.

2000
Médaille de l'Académie d'Architecture.

 

Quelques repères chronologiques


1958
Naissance à Montbéliard, France.

1977
Études de sciences naturelles à la faculté des Sciences Lyon II.
Diplôme d’études universitaires générales de botanique-géologie.

1979
Entre à l’École nationale supérieure du paysage de Versailles. Suit l’enseignement de Michel Corajoud, puis travaille avec lui et Alexandre Chemetoff de 1983 à 1986.

1984
Jardins flottants – Diplôme de Paysagiste DPLG, ENSP Versailles.

1986
Jardins élémentaires – Pensionnaire à la Villa Medicis, Rome.

1986
Premières collaborations avec Renzo Piano architecte. 

1988
Début de l’exercice professionnels avec la paysagiste Christine Dalnoky. Les projets sont développés en commun jusqu’en  1996.

1989
Première réalisation remarquée : Square des Bouleaux, Paris (avec Renzo Piano).

1991
Avenue Mendès-France, Montpellier, France.

1991
Enseignement à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), Suisse.

1992
Parc de la Théols, Issoudun, France.

1992
Gares TGV Méditerranée, en collaboration avec l’AREP, jusqu’en 2002.

1994
Enseignement à l’Institut d’Architecture, Université de Genève. Avec Georges Descombes.

1997
Greenwich Peninsula Millenium Park, Londres.

1997
Installation de l’agence rue du Renard à Paris.

1998
Début de son enseignement à Harvard Graduate School of Design.

2000
Enseignement Accademia Svizzera, Mendrizio, Suisse.

2000
Médaille de l’Académie d’Architecture (Paris, France).

2002
Charte du paysage de la ville de Bordeaux. Invention du Parc aux angéliques en rive droite.

2002
Prix européen du paysage Rosa Barba, pour la réalisation de Greenwich Peninsula.

2002
Civic Trust Award, pour la réalisation du projet de Greenwich Millenium (Londres).

2003
Plan directeur de paysage d’Issoudun, France.

2003
Chevalier des Arts et des lettres (Paris, France).

2004
Plan guide Bordeaux-Rive droite.

2007
Création de la société Michel Desvigne Paysagiste (SARL).

2009
Monographie thématique : Natures Intermédiaires, les paysages de Michel Desvigne.

2009
Lisières –  Consultation pour le Grand Paris (avec AJN).

2009
Président du conseil d’administration de l’école nationale supérieure du paysage de Versailles.

2010
Remporte le premier accord-cadre Paris-Saclay, en tant que paysagiste mandataire.

2010
Remporte l’accord-cadre Euralens, en tant que paysagiste mandataire.

2011
Grand Prix de l’Urbanisme (Paris, France).

2011
Prix Luxembourgeois d’Architecture, domaine Paysagisme.(Parc Draï Eechelen).

2013
Prix de l’aménagement urbain, Groupe Moniteur 2013, Catégorie Territoires métropolitains pour l’aménagement du Vieux-Port de Marseille, France.

2014
PrixEuropéen de l’Aménagement de l’Espace Public Urbain, pour la requalification du Vieux-Port de Marseille (MDP mandataire).

2014
Le Musée National d’Art Moderne (Centre Georges Pompidou, Paris) acquiert un ensemble de dessins et maquettes de l’agence MDP.

2014
Mention spéciale du jury politique urbaine et architecturale », Ville de Versailles, Maitrise d’ouvrage publique.

2015
Remporte le second accord-cadre Paris-Saclay, en tant que paysagiste mandataire.

2016
Prix "Les Défis Urbains", pour le projet des Marches de St Pierre, Toulouse, France.

2017
Site internet : mise en ligne de la démarche MDP.

2017
Prix City&Brand Landscape, catégorie : paysage iconique. Triennale de Milan, Italie.